Il y a cancer et cancer…

« En réalité, l’ambiguïté commence en amont avec le terme de cancer : la classification internationale des causes de décès distingue en effet des tumeurs malignes de la peau, les mélanomes, des tumeurs bénignes de la peau (n° 216), des lipomes (autres tumeurs du tissu conjonctif n° 214-215), et des tumeurs de la peau à évolution imprévisible (n° 238.1).
Les chances de survie sont très variables selon le type de cancer : moyennes en cas de mélanome, qui donne rapidement des métastases, mais quasiment totales pour les lipomes et surtout pour les tumeurs bénignes de la peau.
A titre d’exemple, au cours de la dernière année publiée (1988), on a compté vingt décès pour tumeur bénigne sur tout le territoire américain à comparer aux 2 100 000 décès toutes causes confondues enregistrés cette année-là. En France, deux décès sur 520 000 observés en 1988 ont été imputés à ces tumeurs, et un aux tumeurs à évolution imprévisible. Le chiffre des lipomes est un peu plus élevé (trente-trois décès), mais il comprend surtout des cancers des tissus conjonctifs internes. On ne doit donc pas compter comme un risque sérieux ces tumeurs bénignes, qui se résument le plus souvent à de petites boules dures sous la peau ou à des sortes de verrues que l’on fait extraire pour des raisons esthétiques. »

Le Bras

flechRetour au tableau

Les commentaires sont fermés