«

»

Août 01 2015

Fréquence cardiaque et travail intermittent

FREQUENCE CARDIAQUE ET TRAVAIL INTERMITTENT

 

Principe de la « course 30 / 30 » :

Généralement utilisée comme exercice d’entraînement, la course 30 / 30 peut également servir d’outil de mesure de la fréquence cardiaque à l’effort.
Elle est faite d’une alternance de phases de travail d’intensité constante d’une durée de 30 secondes et de phases de récupération actives ou passives de même durée. La durée globale du test pour être significative doit être au moins égale à 8 ou 10 minutes.
D’un point de vue pratique, les coureurs s’élancent au signal sur la piste et doivent parcourir pendant 30 secondes une distance définie. Cette distance doit être adaptée au niveau physique et à la motivation de chacun. Des essais sont préalablement réalisés et une vitesse optimale est rapidement adoptée pour chaque sujet (ni trop rapide ni trop lente). Des balises sont disposées au bord de la piste. Elles correspondent à la distance que chaque coureur devra parcourir pendant les 30 secondes d’effort.
Après 30 secondes de récupération sur place (récupération marchée à côté du plot d’arrivée), un nouveau départ est donné (à la voix ou au sifflet) et le groupe  revient en courant à la borne de départ. Cette succession d’aller-retours est ainsi répétée pendant une durée de 10 min environ.
Remarque: Il est important pour la validité du test de ne pas surestimer ou sous-estimer les capacités physiques des coureurs de telle sorte qu’ils soient capables de parcourir la même distance pendant toute la durée de l’épreuve.

 

Installations et Matériel nécessaire:

Une piste balisée d’une distance minimale de 200 m, un capteur cardiaque et une montre réceptrice qui mémorise les valeurs de la Fc pendant toute la durée de l’exercice.

Résultats:
Graphique 1

Veronique

Graphique 2

Veronique2

 

Analyse des résultats:

On note:
– un synchronisme parfait entre activité, récupération et fréquence cardiaque
– sur le graphique 1 ( qui correspond à un parcours de 150 m en 30s ) une bonne stabilité de la réponse cardiaque et un différentiel entre la Fc de travail et la Fc de récupération de bonne amplitude (environ 17 bpm) tout au long de l’exercice. Cette charge de travail est bien supportée par l’élève.
– sur le graphique 2 ( où la course est plus rapide – 200 m sont parcourus en 30 s ) un rythme cardiaque globalement plus élevé et un différentiel « travail – récupération » qui diminue au cours de l’exercice. L’élève est en difficulté, elle ne parvient plus à récupérer. Elle ne peut assurer et maintenir une charge de travail aussi importante pendant toute la durée du test.

 

RETOUR