Synthèse d’amidon dans le chloroplaste

choroplastes

 

Auteur : D. Raithouze, lycée Follereau 90000 Belfort

Il est parfois délicat de mettre en évidence les éventuelles inclusions d’amidon dans le chloroplaste : en effet, l’eau iodée semble pénétrer difficilement dans la cellule (la classique manipulation des feuilles de géranium ne donne des résultats qu’après avoir porté les feuilles à ébullition dans l’éthanol).

3 manipulations au moins  sont réalisables par  des élèves:

-dans des feuilles d’élodée (classique, mais pas forcément facile)

-dans des algues filamenteuses d’eau douce

-à partir de chloroplastes isolés

 

Dans les feuilles d’élodée

Elodee_amidon

Feuille d’élodée, montage dans l’eau iodée

La manipulation nécessite d’utiliser des élodées ayant séjourné à la lumière dans une eau un peu enrichie en CO2. Après avoir ajouté l’eau iodée il convient d’attendre que la substance pénètre dans les cellules. Ceci débute dans la zone où la feuille a été déchirée (à gauche de l’image). Les chloroplastes semblent totalement remplis d’amidon ou avec des inclusions pour la partie supérieure gauche.

Dans des algues filamenteuses d’eau douce (Spirogyre)

Il est assez facile de se procurer ces algues dans les mares, les eaux stagnantes; elles apparaissent vert intense et ont un contact légèrement « gluant ». Leur utilisation en TS est sans doute à la limite du programme ou à titre d’illustration relative à l' »expérience d’Engelmann ».

Spirogyre
Spirogyre montage dans l’eau

Spirogyre eau iodee

Spirogyre, montage dans l’eau iodée

 Les 2 préparations sont obtenues après séjour de l’algue à la lumière, celle de gauche, sans coloration; celle de droite : en présence d’eau iodée

Chloroplastes isolés d’élodée

chloroplastes

Chloroplastes d’élodée, montage dans l’eau iodée fort grossissement

Les élodées ayant séjourné à la lumière (eau enrichie en CO2), quelques rameaux (5) sont écrasés entre mortier et pilon en présence de peu d’eau (2cm3). Lorsque le liquide devient vert, il est recueilli sur du coton hydrophile (un carré est déposé sur un entonnoir après avoir été dédoublé en épaisseur). Pour la suite, la recette est la même que celle de la gelée de groseille : le carré de coton est repris et serré à la main sur l’entonnoir. Il n’est pas nécessaire de recueillir un volume important. La préparation consiste à placer une goutte de suspension de chloroplastes en présence d’eau iodée. L’image montre, outre des débris, des chloroplastes dont certains renferment des inclusions amylacées.
Cette observation facilite la compréhension de l’électronographie de chloroplaste.

Liens

http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/Chloroplaste/chlo2.html chloroplaste en MET et en microscopie optique

http://svt.tice.ac-orleans-tours.fr/php5/theme3/chloroplastes.htm électronographie de chloroplaste et schéma

Les commentaires sont fermés